Affiche Chartres web
du 15 au 30 mars 2017

le festival Regards d’ailleurs « Filmer la Pologne »

se déroule à Dreux du 8 mars au 5 avril 2017. Il fait escale à Chartres le temps de quelques séances à ne pas manquer au cinéma Les Enfants du Paradis :

- TUNNEL de Kim Seong-hun (Corée du Sud, 2017, 2h06, vostf). Avant-première en présence du réalisateur (15 mars à 20h15=

- UNE VIE TOUTE NEUVE de Ounie Lecomte (France-Corée du Sud, 2010, 1h32, vostf) en présence de la réalisatrice (24 mars 17h)

- LA SERVANTE de Kim Ki-young (Corée du Sud, 1960, 1h51, vostf) version restaurée en 2012 (30 mars 20h30)

La séance : 7,50 € ; ciné-clap et – de 25 ans : 5,70 €
carte  3 films : 12 € 

tunnel
mercredi 15 mars 2017 à 20h15

TUNNEL

de Kim Seong-hun (Corée du Sud, 2017, 2h06, vostf)

Un homme est accidentellement enseveli sous un tunnel effondré. Alors qu’une opération de sauvetage d’envergure nationale se met en place pour l’en sortir, scrutée et commentée par les médias, les politiques et les citoyens, l’homme joue sa survie avec les maigres moyens à sa disposition.

« Tunnel » réussit à faire passer de nombreux messages au sein d’un mélange des genres propre au cinéma coréen – tension, humour – et n’en oublie pas pour autant l’émotion. Vous retiendrez votre souffle, vous agripperez votre fauteuil, vous sentirez les larmes vous monter aux yeux, et vous rirez, aussi.

Avant-première en présence du réalisateur

UNEVIETOUTENEUVE
vendredi 24 mars 17h

UNE VIE TOUTE NEUVE

de Ounie Lecomte (France-Corée du Sud, 2010, 1h32, vostf)

Séoul, 1975. Jinhee a 9 ans. Son père la place dans un orphelinat tenu par des Sœurs catholiques. Commence alors l’épreuve de la séparation et la longue attente d’une nouvelle famille. Au fil des saisons, les départs des enfants adoptés laissent entrevoir une part du rêve, mais brisent aussi les amitiés à peine nées. Jinhee résiste, car elle sait que la promesse d’une vie toute neuve la séparera à jamais de ceux qu’elle aime.

« Une œuvre magnifique, épurée et bouleversante, évoquant la vie d’une petite fille dans « l’entre-deux » de l’abandon et de l’adoption. » Arnaud Schwartz

La réalisatrice Ounie Lecomte nous livre un film poignant sur l’enfance, en affrontant avec brio et délicatesse le sujet épineux de l’adoption depuis la Corée du Sud dans les années 70, après s’être inspirée de son histoire personnelle.

Rencontre en présence de la réalisatrice

20120410
jeudi 30 mars 2017 20h30

LA SERVANTE

de Kim Ki-young (Corée du Sud, 1960, 1h51, vostf) version restaurée en 2012

Suite à un déménagement dans une maison plus grande, la femme d’un professeur de musique persuade celui-ci d’engager une domestique. Mais bientôt, la servante devient la maîtresse et la calme maison devient alors le lieu d’un dramatique huis clos.

L’un des films fondateurs du cinéma sud-coréen. La mise en scène tirée au cordeau ne laisse aucun répit jusqu’au final, totalement déconcertant.